14 – Après le divorce.

Encore un sujet tabou qu’il ne faut surtout pas mettre en lumière. Un sujet qu’on garde scellé au fond du tiroir de notre vie. Un peu comme une honte, quelque chose qu’on préfère oublier. Et puis, après tout, ça n’arrive qu’aux autres de divorcer.

Cet article n’est pas une ode au divorce.
Mais il méritait qu’on s’y attarde. Et puis, comme c’est une épreuve que j’ai traversé, j’avais envie d’en parler avec vous. Une épreuve, oui, c’est le bon terme. Parce que personne ne rêve de divorcer. Ça marque notre vie au feutre rouge, comme une erreur de parcours, comme un échec qu’on voudrait cacher.

Malgré les souffrances que je vivais à cette époque, l’idée de divorcer ne m’avait pas traversé l’esprit. C’est vrai, tout n’est pas toujours tout rose et mon ex époux savait me le rappeler. On se mari pour le meilleur et pour le pire. Et bien entendu, c’est une fois engagée que j’ai découvert que la jauge du bonheur se remplissait bien peu souvent. Mais ce n’était pas grave, c’était sûrement provisoire. Dieu m’éprouvait pour me récompenser plus tard. C’est ce que je me disais pour garder le moral.

Seulement, cette accumulation de souffrances avait des conséquences sur moi. La fille souriante que j’étais se transformait peu à peu en une ombre sans joie de vivre, silencieuse et renfermée. Plus de goût à rien, plus de motivation. Comme les détraqueurs dans Harry Potter, il aspirait tout ce qu’il y avait de positif en moi pour ne laisser qu’une carcasse vide. Vide…

C’est mon père qui m’a ouvert les yeux. Je n’oublierai jamais ce jour où il m’a forcé à parler. Il était surpris à chacune des révélations que je lui faisais. Enfin, je ne sais pas trop comment il réagissait en réalité. Parce que j’osais à peine le regarder. Tête baissée, honteuse de lui raconter à quel point notre mariage était un échec. Je pense même que j’aurai préféré lui cacher encore pour éviter de voir la déception sur son visage. Ou la tristesse. Ou la colère. Ou peu importe quel autre sentiment négatif.

Mais aujourd’hui, je devine son ressenti à ce moment là.
Je sais que sa priorité était de me sauver des griffes d’un homme qui me tuait à me petit feu. Et ce n’était pas une honte. En fait, divorcer n’a jamais été une honte. Ni pour moi, ni pour personne. Et ceux qui pensent le contraire ont tort et n’ont probablement jamais vécu cette épreuve. Ce n’est certainement pas une joie non plus, mais c’est surtout une nécessité.


Les larmes que j’ai versé après ma séparation ne lui étaient pas destinées.
Je pleurais pour moi. J’avais mal d’avoir été manipulée par celui qui devait veiller sur moi. J’avais mal de réaliser que j’avais passé 5 mois dans l’illusion d’un mariage. Je pleurais d’être revenue à la case départ quand je pensais que ma vie venait de passer un cap important. Mais la flamme de la vie qui renaissait tout doucement en moi à sécher mes dernières larmes. Et aujourd’hui, je remercie Dieu de m’avoir fait traverser cette épreuve.

Elle m’a rendu plus forte. Plus confiante. Plus déterminée. Plus précise dans mes choix. J’ai réévalué mes priorités. J’ai redéfini ce qu’étaient les réelles futilités de mon quotidien. J’ai réalisé à quel point la vie était belle et qu’il ne fallait laisser personne nous la gâcher. Bref, j’étais une femme divorcée.


La phase qui a suivi a été très particulière.
L’univers des femmes divorcées est… différent. Je dis différent parce que je ne trouve pas le bon terme. Mais je vais vous expliquer.

Je suis passée par une première phase durant laquelle je me suis sentie tellement bien seule (sans mari) que j’ai pensé que le mariage n’était peut-être pas la chose qui me rendrait heureuse et que je pourrais très bien vivre une vie de célibataire épanouie (ce qui est absolument vrai et totalement envisageable). Mais le monde des divorcées m’a vite fait comprendre que les choses allaient se passer autrement.

J’ai découvert un monde où les hommes profitent de la fragilité de l’épreuve que certaines femmes subissent pour proposer une épaule réconfortante et plus si affinités. J’ai vu des femmes boire les paroles de gentleman malveillants qui voulaient leur prouver que les hommes n’étaient pas tous pareils. Et pour vous parler de cas concrets, j’ai moi-même été abordée par des hommes qui m’ont promis des nuits de plaisir sans lendemain ou de m’attacher à une chaise pour s’amuser un peu. J’ai reçu des photos d’hommes torse nu qui se présentaient à moi comme un pan tente de séduire une paonne.

Alors, bien sûr, ces discussions ne commençaient pas ainsi. Mais dès que je disais à un homme « je ne veux pas faire connaissance, je suis en plein divorce », il jouait l’une de ces cartes en voyant un moi un bout de chair souillé qui pourrait probablement lui servir un peu. Car après tout, la porte était ouverte, n’est-ce pas ? C’est le bon terme.

Cet univers m’a écœuré.
Dieu merci, mon éducation et mes valeurs ont été mes alliés pour nager jusqu’à la rive et m’installer sur le sable chaud de cette plage pleine de corps de femmes qui ont été abusée par des hommes lâches qui n’ont vu en elles qu’une distraction. Mais pas tous. Non, tous les hommes ne sont pas des mauviettes qui ont s’amusent des divorcées. Tous ne s’encombrent pas des préjugés et ne s’arrêtent pas aux idées préconçues. Et c’est probablement sur cette plage que j’ai rencontré mon mari qui m’a tendu la main, sans jugement, sans idées derrière la tête, sans se poser mille questions.

Mais je vais vous dire, même s’il n’avait été là, j’aurais quitté cette plage et me serais éloignée de cet océan plein de requins affamés.


Messieurs, les femmes divorcées ne sont pas jouets. Ce sont des femmes qui méritent du respect pour les épreuves qu’elles ont enduré. Épouser une divorcée n’est pas une honte et ce n’est pas non plus un acte de bravoure. Une femme divorcée est une femme comme une autre, avec ses qualités et ses défauts, son parcours de vie et ses expériences.

Mesdames, ne pensez pas que ce divorce signe la fin de votre vie. C’est une petite rature au bas d’une page qu’il suffit de tourner. Prenez garde, entourez-vous des bonnes personnes et pensez d’abord à vous retrouver et à panser vos blessures avant de vouloir rencontrer quelqu’un.

C’est une épreuve douloureuse, acceptez que vous aurez besoin d’un peu de temps pour aller mieux. Pleurer est normal, mais vous n’avez pas quitter un enfer pour vous en créer un autre. Alors respirez un bon coup et ouvrez les yeux sur le monde qui vous entoure. Ne laissez pas les ondes négatives de votre union poursuivre leur chemin en vous. Tout ceci est à présent derrière. Et ne pensez à aucun moment à ce que vont dire les autres. Laissez les parler.

Pour la petite anecdote, je n’avais écris nulle part que j’avais divorcé. Mais les gens ont vite vu que les photos de mon ex avaient été supprimées. Et certaines personnes ne se sont pas faites prier pour venir se moquer de moi et me dire que j’affichais publiquement mon malheur, que j’attirais l’attention sur moi volontairement, … Bref, des bêtises sortant de la bouche de personnes sans la moindre empathie qui n’ont pas manqué cette occasion pour venir planter en moi un autre pieu de méchanceté gratuite. Récemment, l’une d’elles à divorcé…

Mesdames, ne faites pas subir à votre futur époux les dommages et les répercussions négatives de votre première union. Il s’agit d’un autre homme, d’une autre histoire. Remettez-vous en question, pesez vos torts et vos manquements. Regardez le monde autrement et faites des choix plus réfléchis.


J’ai l’impression qu’il y a encore tellement à dire à ce sujet. Mais les grandes lignes sont abordées et j’espère qu’elles délieront les langues et permettront aux hommes comme aux femmes de parler plus librement de cette épreuve qui ne doit plus faire partie de ces tabous qui nous étouffent et nous frustrent.

J’espère que mes pensées continueront d’aider les femmes.
Force et courage à vous !

2 réflexions au sujet de « 14 – Après le divorce. »

  1. Bonsoir, je trouve dommage qu’il manque du pisitif dans votre récit. De plus une séparation n’est pas une autre !
    Toutes les unions fracturé ne sont pas des enfers. Et puis même, pourquoi ne pas parler de redépart avec l’ex, très souvent le divoce devient ciment de ce nouveau départ.
    Je vous donne raison sur le fait qu’il y a bcp de requins !!! À vous de vous vous respecter et de vous tenir à vos valeurs.
    Maintes témoignages de regrets de femmes qui ont choisi de divorcer, mais trop tard aujourd’hui. D’autres ont réussi dans leur nouvelle vie, mais bcp sont dans le regret ! Serte le divoce est une épreuve un passage parfois inévitable, mais la réconciliation est mieux ! (Mon avis)

    J'aime

    1. Il manque de positif à mon récit parce qu’il reflète ce qu’a été mon expérience à ce sujet. Désolée que ça ne soit pas plus rose…
      Je ne parle pas de toutes les unions, je parle de la mienne. Vous semblez ne pas avoir compris que je raconte une expérience qui m’est propre. Je vous souhaite d’être heureuse(x) et de ne jamais avoir à vous demander s’il est préférable ou non pour votre bien-être de divorcer.
      Votre commentaire est déplacé et il manque cruellement d’humanité.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s